vendredi, décembre 30, 2011

Voici la nouvelle Titine.

Une Toyota Yaris style Ng 100 VVTI 3 portes avec toit panoramique.

mercredi, décembre 14, 2011

Concert de solidarité au grand Wazoo



Le jeudi 15 décembre à partir de 21h00, la boite à projets organise une soirée de solidarité au Bar le Grand wazoo afin de récolter des fonds pour un projet pour des enfants au Bénin. Le projet est axé sur la formation des animateurs sociaux et sur l'apport de jeux à destination d'enfants.

Un groupe de reggae-ragga de GAP a répondu à nos sollicitations pour se produire à savoir Djiwan

Après plus de 10 ans à chanter dans le groupe Tri-balles (ragga/kompa), Djiwan décide de se lancer dans une carrière solo avec un son reggae/ragga acoustique.
Riddim bien posé et lyriques engagés, il attaque avec une arme légale : « Le Son » !

Après de nombreux concerts dans les Yvelines et plusieurs festivals dont un très remarqué à Dreux, Djiwan débarque, en région P.A.C.A, et de sa patte imprime sa marque. Il sillonne déjà toutes les Hautes-Alpes et, depuis peu, les Alpes de Hautes Provence.

Suite aux différentes rencontres faites au cours de ces 2 dernière années, Djiwan est maintenant entouré de 5 musiciens.



Boite à projets
Conseil - Formation - Animation
Développement social et durable -Solidarité
Animation - Education Populaire - Citoyenneté
http://www.boite-a-projets.org/ / 06.21.23.20.38
Membre de la SCOP Grandsensemble
Economie sociale et solidaire, Education populaire

vendredi, décembre 02, 2011

Le mec de la tombe d'à côté

Comédie amoureuse improbable sur fond de choc des cultures, mise en scène avec sensibilité et humour par Panchika Velez.

Une rencontre fortuite se mue en histoire d’amour improbable. Un point commun rassemble les protagonistes : tous deux endeuillés, ils viennent régulièrement sur la tombe de leurs proches disparus.

Ils ont le même âge, même si lui paraît quelques années de plus. Elle a perdu son mari à cause d’un accident de vélo. Il a perdu sa mère emportée par un cancer. Par ailleurs, tout les sépare. Il est agriculteur, ne lit que Mickey et s’occupe de vingt-quatre vaches laitières. Elle est bibliothécaire, citadine immigrée à la campagne, très cultivée et tendance bio.

Un sourire déclenche une attirance immédiate. Comment l’amour s’accommode-t-il de l’appartenance à deux classes sociales radicalement différentes ? Le roman de la Suédoise Katarina Mazetti, qui a connu dans son pays un énorme succès, déploie une fine analyse de la société moderne, autour de ses préjugés et codes sociaux, et décrit aussi le parcours accidenté du sentiment amoureux chez deux êtres attachants et authentiques.

Panchika Velez montre avec délicatesse et humour l’éclosion de l’amour, où participent le corps, le cœur et… la tête.

La direction d’acteurs, d’une grande sensibilité, laisse Sophie Broustal et Didier Brice exprimer toute la mesure de cette comédie tendre et caustique.

d’après le roman de katarina mazetti, journaliste suédoise, elle écrit des livres pour enfants et adultes. Le mec de la tombe d’un côté est un succès phénoménal dans de nombreux pays.
Trucs et ficelles d’un petit troll (2002), Le Mec de la tombe d’à côté (1999), Entre Dieu et moi, c’est fini (2007), Les Larmes de Tarzan (2007), Entre le chaperon rouge et le loup (2008), La fin n’est que le début (2009), Le Caveau de famille (2011).


adapté par alain ganas

mise en scène : panchika velez

avec : sophie broustal, didier brice

traduction : l. grumbach et c. marcus

scénographie : claude plet
costumes : marie-christine franc
lumières : pierre jauze
musique originale :
jean-claude camors


coproduction : Arguia Théâtre, Atelier Théâtre Actuel, Théâtre du Petit Saint Martin, la Scène Nationale de Bayonne et du Sud, le Jeu de Paume - Aix en Provence

A la Comédie de Picardie les mercredi 7 décembre à 19h30, jeudi 8 à 20h30, vendredi 9 à 20h30, samedi 10 à 20h30, dimanche 11 à 15h30

mercredi, novembre 30, 2011

Mist giant (retroscan)


Mist giant (retroscan)
Originally uploaded by Coeurardent.

lundi, novembre 28, 2011

L'ennemi



La compagnie amiénoise Art Tout Chaud questionne la guerre, sujet quasi quotidien dans les médias, à travers l’expérience solitaire d’un soldat dans son trou. Drôle, sensible et très instructif.

Inspiré d’un album de jeunesse écrit par Davide Cali et illustré par Serge Bloch - illustrateur aussi de la célébrissime série Max et Lili -, la pièce montre d’abord le quotidien d’un homme en paix, puis l’intrusion de la guerre par la télévision, avant qu’elle ne détruise sa maison, et qu’il finisse dans un trou.

La pièce met en scène le soldat sans montrer la figure de l’ennemi, laissant l’imagination donner corps à sa présence et la réflexion donner sens à son identité.

Des questions simples et vraies que Hervé Germain et Luc Kienzel, réalisateurs et interprètes du spectacle, explorent de près et de façon burlesque, à la façon d’un “Charlot soldat“, dont la naïveté dénonce l’absurde d’un monde en guerre et souligne la détresse et la fragilité des hommes.

L’utilisation de marionnettes et de masques permet de mettre en jeu diverses échelles, de questionner la relation de soi à l’autre, la représentation de l’autre.

Des thèmes essentiels à tout âge, traités ici en conjuguant talent burlesque, rire libérateur et lucidité amère.

conception et interprétation :
hervé germain et luc kienzel
scénographie - décors / atelier moa :
marion cazet-supervielle et moïse chauvé
création des costumes : bertrand sachy
création sonore : lug lebel
création lumières : didier malaizé
masques : eric dubour et etienne champion

L’Ennemi est réalisé en coproduction avec les communautés de communes de Bocage-Hallue et du Val de Somme et la Ville de Corbie et le centre socioculturel Léo Lagrange de Roye. Il est soutenu financièrement par la DRAC de Picardie, le Conseil régional de Picardie, le Conseil général de la Somme et Amiens - Métropole.

A la Comédie de Picardie les
mercredi 30 novembre à 18h30
jeudi 1er décembre à 10h et 14h30
vendredi 2 à 10h et 14h30
samedi 3 à 15h30
lundi 5 à 10h et 14h30
mardi 6 à 10h00 et 14h30

mardi, novembre 22, 2011

Mamies connections ou trafic du troisième âge


interdiction de fumer
Originally uploaded by cedalle.

On discute beaucoup en cette période pré-électorale du montant des pensions de retraite, des difficultés financières de la filière bancaire et des économies que doivent faire les états européens. Peu de monde se demande d’où peuvent survenir tous ces problèmes économiques et comme beaucoup, j’avais jusqu’à quelques jours tendance à répondre : « C’est la crise ! ». Comme si cette petite interjection contenait toutes les réponses, mais, depuis, j’ai eu la chance d’être confronté à la « Mamies connections » et son économie parallèle. Mes valeurs morales et économiques en sont sorties bien ébranlées.

Je vous narres :

J’officies dans une association qui prônes la valeur des rencontres intergénérationnelles et je vous assure que lors de ces rencontres, on en apprends de belles. Comme je ne sais pas trop comment vous raconter ce que j’y ai appris, je vais tenter de vous le résumer sous la forme d’un petit dialogue. Tentez d’imaginer deux dames pimpantes et aux cheveux blancs face à moi-même. L’une, disons Madame A et l’autre Mademoiselle B. Madame A, 72 ans, divorcée me racontait avant de lâcher cette bombe, qu’elle vit chichement avec pour seules ressources la pension que lui verse son mari. De son côté et à la façon dont elle acquiesce, on sent que mademoiselle B, 71 ans, ne roule pas sur l’or non plus.

Madame A parlant de Mademoiselle B : « Il n’y a pas longtemps que l’on se connaît. On s’est rencontré lors d’un voyage promotionnel. Depuis on les fait tous à deux. A deux c’est mieux. ».

François : « Vous en faites beaucoup des voyages comme ceux là ? »

Madame A : « Environ deux par mois, en fait, tous les quinze jours. Ils passent les jeudi dans notre quartier, le point de ralliement c’est la gare. Bon, il y a bien le problème du retour. Comme on rentre vers 21 heures, j’en ai pour 18 euros de taxi à chaque fois. En plus comme on doit payer en espèces, ça m’oblige à traverser Amiens le matin avec plus de milles euros en liquide. ».

François carrément effaré : « Milles euros ! Mais ce n’est plus du voyage promotionnel ! Mademoiselle B, dites lui qu’il ne faut pas qu’elle dilapide son argent à acheter des sa**peries. Et en liquide en plus ! ».

Mademoiselle B : « Oh ! C’est pas grave. Elle n’achète que des cigarettes ! ».

François toujours aussi secoué : « Milles euros de cigarettes ! ».

Madame A : « Ca paye mon voyage. Je prends une vingtaine de cartouche et je fais deux euros de bénéfice par paquet. Comme un voyage coûte trente et un euros et que je m’accorde soixante dix euros d’habits ou de verroteries, je gagne environ trois cents euros par voyage. Avec deux voyages par mois, ça met du beurre dans les épinards. ».

François : « Vous arrivez à vendre tous vos paquets sans vous faire prendre ? »

Madame A : « Oh ! Les trois quart sont vendues par ma petite fille à l’école, le reste, c’est les voisins. ».

François, dont le regard passe d’une septuagénaire à l’autre : « Mais c’est illégal ! Vous risquez la prison, je crois que l’on n’a pas le droit de passer plus de deux ou trois cartouches par personne ! ».

Madame A : « Mais, tout le monde le fait ! Il y en a même qui viennent avec de grands sacs qui contiennent une centaine de cartouches. Moi, je n’ai qu’une simple valise. ».

François : « Mais vous êtes combien dans ces voyages ? ».

Madame A : « Je ne sais pas, environ huit cents personnes. Ils nous emmènent en Belgique, servent le petit déjeuner le matin, le repas du midi et l’après midi, il y a même un spectacle. Alors pour trente et un euro, ça nous fait passer une bonne journée tout en nous rapportant dix fois plus. ».

François cherchant l’approbation de Mademoiselle B : « Vous en faites autant ? ».

Mademoiselle B : « Oh ! Non, moi, je ne ferais jamais rien d’illégale. Je lui ai déjà dit de faire comme moi. Je n’achète que des sceaux de tabac à rouler. Pour un sceau, ils vous offrent une boite de cents tubes que j’utilise pour ma consommation et quand au reste, rentrée à Amiens je fais des petits sachets… Il y a moins de risques et ça rapporte plus. »

vendredi, novembre 18, 2011

Jazz au Champs Elysées à Saint-Quentin





20 novembre : Philippe Dervieux récital piano solo







Philippe Dervieux


Pianiste de formation classique, puis piano jazz auprès d'Aaron Bridgers, joue aussi bien dans des formations de jazz moderne (Blue Nights birds), des big bands que des



orchestre de jazz traditionnel.

Hamlet



Avec Philippe Torreton dans le rôle-titre, Jean-Luc Revol met en scène l’insondable pièce shakespearienne, et explore sa fascinante complexité grâce au jeu des comédiens.

Château d’Elseneur, enneigé et glacial, à la lisière du fantastique, lieu où le père mort réclame vengeance au fils vivant, où la peur et l’effroi meurtrissent les âmes et perdent les êtres dans un enchevêtrement labyrinthique asphyxiant.

Une tragédie de vengeance brutale mais ratée, une histoire d’amour mal à propos précipitent le jeune Hamlet dans la folie - qu’elle soit simulée ou réelle est l’une des questions récurrentes de la pièce.

Le metteur en scène Jean-Luc Revol n’apporte pas de réponses résolvant les mystères de la pièce, il s’attache au contraire à « essayer de comprendre les sentiments qui sous-tendent les personnages ». Hamlet se débat dans la prison de son être, acteur de sa révolte impossible et de sa volonté trahie, « perpétuellement tiraillé entre conscience et action ». « Dans cette prison, n’est-il pas le roi d’un espace infini ? » demande le metteur en scène.

La tragédie célèbre aussi l’extraordinaire pouvoir du théâtre, entièrement irréel et pourtant représentant la condition humaine, distillant le vrai et nous touchant profondément.

Philippe Torreton interprète le rôle-titre : « jouer Hamlet, c’est être », dit-il en amoureux de son art et de cette magistrale partition.

mise en scène : jean-luc revol

assisté de : laurent courtin
décor / scénographie : sophie jacob
costumes : eymeric françois
lumière : bertrand couderc
perruques et coiffures :
antoine wauquiez

avec : philippe torreton, catherine salviat, georges claisse, cyrille thouvenin, anne bouvier, christophe garcia, antoine cholet, josé-antonio pereira, yann burlot, maximilien muller, franck jazédé, romain poli, jean-marie cornille

Production Déléguée : MCNN Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre
Coproductions : Festival des Fêtes Nocturnes du Château de Grignan, TCF Théâtre du Caramel Fou, Comédie de Picardie, Théâtre André Malraux/Rueil Malmaison, Espace Jacques Prévert/Aulnay sous bois, Théâtre du Vésinet, Théâtre de Romans sur Isère, MSMGO, Arcachon Culture. Avec le soutien du Ministère de la Culture - DRAC Bourgogne, de la ville de Nevers et du Conseil Régional de Bourgogne.

à la Comédie de Picardie
les mercredi 23 à 19h30, jeudi 24 à 20h30, vendredi 25 à 20h30, samedi 26 à 20h30, dimanche 27 à 15h30

au théâtre d’abbeville le mardi 29 novembre à 20h30

jeudi, novembre 17, 2011

Une citadine...

L’histoire de la ville.
Depuis la nuit des temps, les hommes vivaient dans des cavernes.
Et la vie était d’un calme plat .
Alors, pour enfin s’amuser un peu, ils inventèrent la grande ville, et avec elle, la grande voiture.
Et, quand il s’agissait de se garer, on ne rigolait plus du tout.

Il était vraiment temps de s’amuser à nouveau.


Il est temps pour moi de changer de voiture. En effet, la pauvre Titine va cahin-caha sur sa dixième année et de nombreuses jeunettes me font des appels de phare. Je recherche une petite citadine qui aurait tout d'une grande. Il faut aussi qu'elle ai tout le confort de la grande sans toutefois avoir ses mensurations.


Je vous ferait savoir lorsque mon choix sera arrété.


A+

mercredi, novembre 16, 2011

14 novembre 2011 : Chinesse

Ce doit être le caractère asiatique pour dire : Pas de publicité ici!

Klaxon, trompettes et pétarades


Klaxon
Originally uploaded by francois et fier de l'Être.


Création française mise en scène par Marc Prin, la comédie farcesque et grotesque de Dario Fo dévoile un réel sinistre avec une force inouïe.

Subversive parce que farcesque, captivante parce qu’interprétée au maximum de sa violence et de sa déraison, militante parce qu’elle démonte de façon absurde et grotesque les ressorts des rapports troubles entre police, pouvoir et état, la pièce de Dario Fo mise en scène par Marc Prin est une réussite manifeste, interprétée avec une énergie et une maestria sans faille.

Populaire, profondément engagé, ce théâtre politique, radicalement anti-télévisuel, s’adresse à « la présence active et réfléchie » du spectateur, selon le metteur en scène, qui prône un théâtre explicite et virtuose qui sorte l’auditoire de sa torpeur.

Créée trois ans après l’assassina traumatisant d’Aldo Moro en 1978 par les Brigades Rouges, et alors que le crime n’est pas totalement élucidé, la pièce fait naître une cascade de quiproquos et péripéties. Tout commence par la tentative d’enlèvement de Giovanni Agnelli, - célèbre dirigeant de Fiat jusqu’en 2003. Un ouvrier dépose l’industriel au visage brûlé à l’hôpital et oublie ses papiers dans la veste du blessé, qui se réveille de son coma avec… le visage de l’ouvrier.

La comédie débridée expose la suprématie cynique et violente de l’argent dans un monde déboussolé. Pas de demi-mesure : le jeu d’acteurs et la mise en scène font vivre une remarquable mécanique théâtrale, percutante et palpitante.



L'auteur : dario fo (né en 1926)
Acteur, metteur en scène et auteur italien, récompensé par le Prix Nobel de littérature. Ses apprentissages passent par toutes les formes du spectacle populaire : récits des conteurs, monologues à la radio, cabarets, sketches à la télévision, spectacles de chansons. Son théâtre est un théâtre efficace où le recours aux mécanismes du rire pour fustiger les institutions et les classes dirigeantes, n’empêche pas le déploiement d’une fantaisie surréaliste. Mystère bouffe (1969), Mort accidentelle d’un anarchiste (1970), Klaxon trompettes et pétarades… (1970), Faut pas payer (1974)…





mise en scène : marc prin
texte français : marie-france sidet
avec : anne dupuis, céline dupuis, gérald cesbron, milena esturgie,gilles ostrowsky
scénographie et costumes : marc prin
dramaturgie : julien dieudonné
décors : ateliers du théâtre nanterre-amandiers
lumières : pierre montessuit
masques, perruques et maquillages : marie messien
accessoiriste : patrick laganne
arrangements sons et compositions musicales : valérie bajcsa et marc delhaye
photographe : alexandre sargos
assistanat à la mise en scène : ana-lucia luna
Coproduction : Théâtre Nanterre Amandiers, Théâtre à bout portant



A la comédie de Picardie :
jeudi 17 à 20h30, vendredi 18 à 20h30 et samedi 19 à 20h30

jeudi, novembre 10, 2011

Acceuil de la poste

mardi, novembre 08, 2011

Time out

Concert de solidarité le 15 décembre



Le jeudi 15 décembre à partir de 21h00, la boite à projets organise une soirée de solidarité au Bar le Grand wazoo afin de récolter des fonds pour un projet pour des enfants au Bénin. Le projet est axé sur la formation des animateurs sociaux et sur l'apport de jeux à destination d'enfants.

Un groupe de reggae-ragga de GAP a répondu à nos sollicitations pour se produire à savoir Djiwan

Après plus de 10 ans à chanter dans le groupe Tri-balles (ragga/kompa), Djiwan décide de se lancer dans une carrière solo avec un son reggae/ragga acoustique.
Riddim bien posé et lyriques engagés, il attaque avec une arme légale : « Le Son » !

Après de nombreux concerts dans les Yvelines et plusieurs festivals dont un très remarqué à Dreux, Djiwan débarque, en région P.A.C.A, et de sa patte imprime sa marque. Il sillonne déjà toutes les Hautes-Alpes et, depuis peu, les Alpes de Hautes Provence.

Suite aux différentes rencontres faites au cours de ces 2 dernière années, Djiwan est maintenant entouré de 5 musiciens.



Boite à projets
Conseil - Formation - Animation
Développement social et durable -Solidarité
Animation - Education Populaire - Citoyenneté
http://www.boite-a-projets.org/ / 06.21.23.20.38
Membre de la SCOP Grandsensemble
Economie sociale et solidaire, Education populaire

Daniel Darc



En 1978, Daniel Darc rejoint le groupe Taxi Girl, fondé par Mirwais Stass.






Inclassable dans la scène rock et chanson française, très marqué par l’arrivée des Sex Pistols, l’explosion punk et Kraftwerk, Daniel Darc est d’abord un faux dandy à la voix fragile et traînante. Taxi girl, groupe majeur de la scène française chanson, rock … et electro, ouvre les années 80 avec un un succès qui marquera les esprits : Cherchez le garçon.






Après la fin de Taxi Girl, il poursuit une carrière solo et apparaît dans quelques films dans son propre rôle : Les enfants de la Blank ou Le garçon sauvage de Marc Dufaud.






Suivent donc, de 1986 à 2008, cinq albums solo. Une écriture simple et immédiate, des arrangements musicaux des plus aboutis, marquent les influences de Daniel Darc : John Coltrane, Robert Wyatt, Alain Bashung, Etienne Daho, Serge Gainsbourg, Charles Aznavour ou encore … le Velvet Underground.






En 2004, l’album Crèvecœur gagne la victoire de la musique dans la catégorie Album Révélation.






Daniel Darc écrit des critiques dans Best et traduit William Burroughs, et a également publié de courtes nouvelles aux éditions Cahiers de Nuit et Derrière La Salle De Bains.






Retrouvez le dans le cadre du Festival des musiques actuelles jeudi 10 novembre à 20h30.






Electro, rock, pop, reggae, chanson française... C’est au programme du Picardie Mouv, le festival des musiques actuelles. Du 3 au 12 novembre 2011, Spectacle Vivant en Picardie organise sa 6e édition. Aucune frontière circonscrivant les couleurs musicales, ce sont dix soirées de fêtes et l’occasion de voir sur une même scène des artistes régionaux confirmés ou espoirs d’aujourd’hui partager un plateau avec les artistes influents du moment.






Fort du succès des cinq éditions précédentes, le festival applique une politique tarifaire très attractive pour faire bénéficier les jeunes d’un maximum de concerts. Picardie Mouv, c’est aussi des salles picardes, petites ou grandes scènes de tout le territoire, qui vous accueillent et sont force de proposition.

jeudi, novembre 03, 2011

Happy Dog

mercredi, novembre 02, 2011

Picardie Mouv 2011

Du trois au douze novembre 2011 se déroule le Festival des musiques actuelles : Picardie Mouv’. Vous trouverez tout le programme sur www.picardiemouv.com ou au 03.6.27.54.70.

dimanche, octobre 30, 2011

La fin de l’âge déterminé - Michel COLIN




*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• Introduction

Après tous les problèmes que nous avons rencontrés pour que Claudine puisse enfin toucher, soit sa pension, soit sa retraite, je dois avouer que j’en veux un peu à l’auteur de ne pas l’avoir écrit un peu plus rapidement. Oups !! Peut-être aurais-je du d’abord vous parler de ce livre : « La fin de l’âge déterminé » de Michel Colin aux éditions « Lectures multiples ». Comme toujours dans ces cas là, c’est le type de lecture qui ne vous arrivent que lorsque c’est trop tard. Il faut toutefois reconnaître qu’avec toutes les réformes qui se sont succédées, on comprend qu’il ai attendu le mois d’Août pour faire paraître son ouvrage.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• L’auteur

Michel Colin est un avocat du barreau d’Amiens un peu fantasque puisque sa biographie chez « Lectures multiples » le présente comme : passionné par l’information personnalisée. À partir de cette expérience, il prépare la première application d’un concept novateur. Autant dire qu’il ressemble trait pour trait à Dick Pick (l’informaticien pas le personnage de Bande Déssinées, quoique… ;-). Mais, ce n’est pas pour cette raison que je le connais, mais plutôt de par mes relations avec ACC et Gogolman. Pour être tout à fait honnête, ACC avait cherché à attirer mon attention sur l’ouvrage dès sa sortie, mais j’ai tendance à ne pas lire les messages issus de « Face de Bouc » et surtout à ne pas en suivre les liens qui, transitant au travers, sèment à tous vents vos coordonnées. Il aura fallu la relance de Gogolman pour que je m’y penche.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• Le sujet

Comme le titre ne l’indique pas, le sujet de ce « roman juridico-humoristique » c’est l’admission à la retraite et la fin de l’âge dit légal pour la prendre à taux plein. Comme il est plus doué que moi pour vous l’expliquer, j’ai sélectionné un petit passage qui explique de quel âge il s’agit : « L'un est l'article L.351-1 du Code de la Sécurité sociale dont le premier alinéa précise :
L'assurance vieillesse garantit une pension de retraite à l'assuré qui en demande la liquidation à partir d'un âge déterminé.
L'autre est l'article L.351-8 du même Code, dont les premières phrases sont :
Bénéficient du taux plein même s'ils ne justifient pas de la durée requise d'assurance ou de périodes équivalentes dans le régime général...
L'âge légal de la retraite est donc : l'âge déterminé. »

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• Le style

Comme vous avez pu le voir dans le précédent extrait, il n’y a pas de gros mots dans la louche de cet avocat. Il nous sert sa soupe en bon français, agrémenté de quelques articles et d’une pointe d’un humour plutôt froid. Ou, pour être plus précis, qui fait froid dans le dos, lorsque l’on réalise combien tous nos textes législatifs mériteraient une telle réécriture. Dès les premiers mots, je me suis remémoré la réécriture du Code Général des Impôts par A. DUBOUT( On a la culture que l’on peut). Là, il faut bien le reconnaître, cela manque un peu d’illustration mais le texte est simple, concis, bref totalement accessible, même aux membres des forces de l’ordre, c’est vous dire…

A propos de « dire », on reconnaitra toutefois certaines tournures des phrases qui font plus penser à un plaidoyer qu’à un roman. Comme le discours est maitrisé, cela dénote peu.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• Conclusions

Il est certain que l’on a l’âge de ses artères et voici un livre qui éclaire d’un jour nouveau l’actuel débat sur l’âge de la retraite. Mais, je ne pense pas que cela soit son plus gros avantage. C’est plutôt d’aborder avec beaucoup de sérieux et de drôlerie ce sujet qui franchement ne prête pas à rire dans la conjoncture actuelle. A lire.

vendredi, octobre 28, 2011

Polisse de Maïwenn




*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• INTRODUCTION






Nous n’avions entendu que des éloges du nouveau film de Maïwenn : « Polisse ». Nous n’en avions pas vu la bande annonce et seule une série d’affiches originales, avec tout de même une petite palme dans le coin, nous poussait à y aller. Ce n’était pas une palme d’or mais un Prix du Jury remporté, et ce n’était pas faute d’y avoir été nominé(Palme d’or, Grand Prix, Prix du jury Œcuménique et prix de la jeunesse). Cela, plus le fait que la réalisatrice Maïwenn nous avait déjà offert deux beaux films empreints d’une sensibilité remarquable : « Pardonnez-moi » et « le bal des actrices ».

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• MAÏWENN, la réalisatrice.






C’est son troisième ou quatrième film en tant que réalisatrice mais elle a déjà su imposer son style et sa griffe. A tel point qu’avant d’avoir vu le film, nous nous demandions comment cette femme à l’aspect si fragile avait pu créer un film policier. Ces autres films étaient intimistes et elle les avaient conçus avec un regard légèrement décalé, comme si elle même en tant qu’actrice dans ses propres films se trouvait un peu en dehors de l’action principale, un peu comme excentrée. Or, justement dans son dernier film, Polisse, elle reprends un peu le même rôle que celui de Violette dans « Pardonnez-moi ».Dans ce film, elle décortiquait, sous prétexte d’un album de photographies, avec son objectif, des relations purement familiales. Pour « Polisse », c’est notre société et les rapports que nous entretenons avec nos enfants qu’elle épluche, là encore pour faire un reportage photographique.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• Le synopsis.

Le préfet de police Beauchard ( Wladimir Yordanoff ) confie à la compagne de Francesco ( Riccardo Scamarcio ), la photographe Melissa ( Maïwenn ) un reportage photographique sur une équipe de la BPM, Brigade de Protection des Mineurs. Cette brigade est dirigée par Balloo ( Frédéric Pierrot ), dirigée, c’est un bien grand mot pour décrire des relations qui n’ont rien de hiérarchiques.

Il y a là Nora ( Naidra Ayadi ) qui trouve sont réconfort dans le coran, Sue Ellen ( Emmanuelle Bercot) qui trouve le sien dans l’alcool et les femmes, Chrys (Karole Rocher ) trouve sont réconfort en Matthieu (Nicolas Duvauchelle ) et réciproquement, Gabriel ( Jérémie Elkaïm ) trouve son réconfort dans les bons mots et Bamako ( Arnaud Henriet ) dans les mots crus. Il y a aussi Nadine ( Karine Viard ) et Fred ( Joeystarr ) qui le trouvent dans leur famille même si elle est un peu bancale. Quand à Iris ( Marina Foïs ), elle ne trouve pas de réconfort mais vomi sa peine dès qu’elle le peut.

Or, du réconfort, il en faut au quotidien lorsque l’on a à faire à des pédophiles, des violeurs et des agresseurs d’enfants, mais aussi à des adolescents à la morale déviante, des mères de familles désemparées (Sandrine Kiberlain par exemple ), du sexe dévoyé etc.

Heureusement, la BPM est comme une grande famille, où l’on vit sa vie entre le rire et les larmes, la tempête et le calme. Dans ce fragile équilibre Mélissa va se faire sa place, mais même derrière l’œilleton de son appareil photo, elle sera touchée et sa vie sera bouleversée.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• Le casting

Je crois avoir déjà cité à peu près tout le monde. Ils sont tous formidables, mais vraiment bon, de bons acteurs TOTALEMENT crédible avec, à chacun, à un moment ou un autre, une scène bouleversante.
- Sandrine Kiberlain qui joue une mère prenant conscience des perversions de son mari ( Louis-Dominique de Lencquesaing ),
- Marina Foïs, nommant le mort-né d’une jeune fille de 14 ans qui a étè violée,
- Karin Viard dirigeant une descente de police dans un camping, ou reniflant le cou de son ex mari.
- Joeystarr berçant simplement un petit garçon que sa mère est forcée d’abandonner, il est littéralement bluffant et bien loin de ses fanfaronnades habituelles. Ce sera ce film qui l’aura révélé en tant qu’acteur.
- Le picard Nicolas Duvauchelle réclamant ses Pepito.
- Karole Rocher épousant les miettes.
- Naidra Ayadi dans sa colère coranique.
- Audrey Lamy qui « branle » ses garçons pour les calmer le soir.
Etc..

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• Conclusion

Le moindre petit rôle est interprété à la perfection, y compris celui des nombreux enfants.

Monté comme un reportage télévisuel, c’est un film riche d’enseignements qui pousse à s’interroger sur la place de l’enfant dans notre société et le devenir de ces enfants dont les repères tant violents que sexuels sautent en éclats. En plus, il est très dense et il me semble que tous les aspects de la protection des mineurs soient abordés. Il y a malgré tout une histoire, celle de l’intégration de Mélissa. Et, même si le sujet est horrible, violent, gerbant, morbide, à part deux scènes (celle du mort-né et celle du petit que sa mère abandonne), la caméra n’est ni malsaine, ni misérabiliste. On devine bien des horreurs que l’on ne voit pas et c’est tant mieux.
C’est LE film à voir, la claque à recevoir et si vous n’en sortez pas chamboulé, c’est que vous êtes de bois.

La TransHenson 2011


henson-0387
Originally uploaded by imaginature.fr.

La race Henson

Créé pour l’équitation d’extérieur, le Henson, Cheval de la Baie de Somme fait preuve de grandes qualités d’endurance et de calme. Cette nouvelle race équine française reconnue officiellement depuis juillet 2003, les chevaux Henson sont devenus l’emblème d’une équitation rêvée, celle des chevauchées en pleine nature. Élevé de manière naturelle, il acquiert dès sa naissance un équilibre remarquable. C'est un cheval de loisirs polyvalent aux qualités exceptionnelles en équitation d’extérieur, à l'attelage et aux jeux équestres. Il se caractérise aussi par son caractère sociable et ses performances (rusticité, endurance, maniabilité, rapidité). Environ 1200 sujets sont recensés en France, dont 200 sur le site du Marquenterre en Baie de Somme qui est le berceau de race.

Dans les années 1970, la vision initiale de ses créateurs, Lionel et Marc Berquin, était aussi ambitieuse que simple : produire un véritable cheval de loisirs polyvalent, tonique, endurant, sûr et rustique, pouvant vivre, sans problème, toute l’année dehors. C’est-à-dire à un coût économique aussi attractif que possible. Le Henson est née de croisements entre des chevaux de sang (selle français, anglo-arabe entre autres) et des poneys Fjord d'origine Norvégienne. Le but étant de créer une race de chevaux adaptée à l’équitation d’extérieur.

Créée en 1982, l’Association du Cheval Henson et celle des Cavaliers de la Baie de Somme qui en a été « la cheville ouvrière sur 30 ans ne se sont jamais départies de cette philosophie : respecter le naturel et faire du cheval un véritable compagnon de découverte et d’émotions partagées.

Les Haras Nationaux, dès les années 1980, se rendirent vite compte de l’intérêt de cette démarche et encouragèrent l’Association à persévérer. Mais il fallut encore attendre l’arrivée des Cavaliers de la Baie de Somme au Domaine du Marquenterre au début des années 1990 pour voir tout le potentiel de cette création se révéler dans cette « Terre Promise » des Henson.

En 1995, le livret A du stud-book du cheval Henson était fermé, considérant que le potentiel génétique ainsi accumulé depuis 1973 était largement suffisant pour travailler en population autonome.

Mais, 2003 était enfin l’année de la « consécration » avec la reconnaissance officielle de la race et son standard par le Ministère de l’Agriculture :
- Pourcentage de sang Fjord obligatoire (minimum 25% - maximum 50%),
- Taille 1m55 environ (minimum 1m50 - maximum 1m60),
- Couleur baie sauvage: poil beige (du sable au marron), crins noirs ou bicolores noirs et beiges, raie de mulet obligatoire, marques blanches prohibées.
Ce standard représente un objectif de production. L’expérience prouve que cet objectif est loin d’être réalisé à 100%, certains sujets de parents correspondants au standard naissent "hors norme", raison pour laquelle un long travail de sélection est toujours en cours.



La TransHenson


Le 30 octobre 2011, les chevaux Henson retrouvent leurs quartiers d'hiver à l'issue d'un périple inoubliable en Baie de Somme ! Tous les ans, la tradition se perpétue : la transhumance d'automne des chevaux Henson : une "grande boucle" automnale, qui réunit plus de 250 cavaliers et chevaux Henson…

La belle balade qui conduit, chaque année, les chevaux de l'élevage et les cavaliers depuis les polders du Parc du Marquenterre jusqu'à l'Espace Equestre Henson, sur plus de 10 km, en passant par la Baie de Somme et le domaine du Marquenterre, se déroulera à partir de 9 heures.

Rendez-vous, comme chaque année, à l'Espace Equestre Henson (Saint-Quentin-en-Tourmont). Le départ des chevaux et cavaliers (probablement de l'ordre de 250 chevaux au total) aura lieu vers 9h30 depuis le centre équestre et le rassemblement de l'élevage -poulinières suitées, mâles et femelles de 1 et 2 ans- s'effectuera dans le polder Est du Parc Ornithologique (vous pouvez aussi garer votre véhicule sur le parking du Parc) vers 10h environ.

La randonnée pédestre aura lieu, pour les spectateurs, à partir de 11h depuis le Parc jusque dans le domaine du Marquenterre, où nous irons à la rencontre des chevaux et des cavaliers qui, eux, feront la "grande boucle", pour nous rejoindre vers 12h30. Repas de midi possible au restaurant "La Garinière" dans le Domaine ou sandwiches à l'Espace Equestre Henson. Animations tout l'après-midi, de 14h à 18h avec divers jeux d'adresse et sports collectifs, spectacle de voltige, etc....

Rappel du programme de la journée :

08h30 - Rassemblement des cavaliers et attelages à l'Espace Equestre Henson-Marquenterre

09h30 - Départ des cavaliers et attelages pour le Parc Ornithologique du Marquenterre

10h00 - Rassemblement de l'élevage dans le Parc Ornithologique du Marquenterre puis, pour les cavaliers et attelages, déroulement de la "Transhenson" dans le Domaine du Marquenterre

11h00 - Pour les spectateurs, randonnée pédestre accompagnée dans le Domaine du Marquenterre

12h00 - Arrivée des chevaux à la plaine de la "Maroille"

14h30 à 18h - Présentation de l'élevage et animations équestres à l'Espace Equestre Henson-Marquenterre

Venez nombreux...

vendredi, octobre 21, 2011

Essais Renault Mégane

Asterix (2)

Perchoir du soir.


Perchoir du soir.
Originally uploaded by Merlechanteur.
Lumière des soirs de l'automne
Où bondissent des élans naïfs
Le coeur est comme un buisson vif
Dans l'ombre où frissonnent les écorces.

mardi, octobre 18, 2011

Attention piqures


attention piqures
Originally uploaded by chantdecristal.


Je ne sais pas si vous avez remarqué mais plus cela va, plus les campagnes publicitaires se médicalisent.


Entre le dépistage du cancer colorectal, celui du sein, le vaccin contre la grippe, la surveillance de la glycémie et le tout dernier vaccin contre la rougeole, les incitations à se faire piquer ou dépister sont de plus en plus fréquentes.


A croire que les maladies sont elles aussi soit plus virulentes, soit plus nombreuses.


A moins biensûr que seuls les laboratoires pharmaceutiques ont les moyens de se payer de tels campagnes.

MAIF VAM

lundi, octobre 17, 2011

Partager ou vendre

LivresJ'ai horreur de me brosser les dents avec une brosse humide. Je ne peux m'empêcher de m'imaginer alors qu'elle a servit à un autre que moi, une personne aux dents verdâtre... C'est surement pour cela que je ne suis pas porté sur l'achat d'occasion.


Toutefois, il y a, au contraire un domaine pour lequel j'affectionne ce mode d'achat : la littérature.

J'aime les livres et particulièrement ceux que l'on se passe de mains en mains, ceux que l'on caresse, que l'on annote, et dans lesquels on oublie une petite carte, un marque page involontaire. J'écume les rederies et les vides-grenier à la recherche de tels trésors et, plus ils ont vécus, plus ils trouvent grâce à mes yeux. Malheureusement, j'en ai plein mes bibliothèques et même plusieurs malles pleines à ras-bord dans le garage.


Il arrive inévitablement que je doive me délester de quelques uns pour faire de la place à d'autres. C'est un vrai déchirement, non pas de m'en séparer mais de choisir ceux qui doivent me quitter et d'en établir la valeur. J'ai beau être né dans une famille de commerçants, je ne peux m'abstenir de les "brader" tous. Les uns parce que je les trouve nuls et les autres, pour que l'acheteur ai autant de plaisir que moi à les lire ou les posséder. Mais, si le prix est trop bas, je fini par vouloir le garder... D'autant que je risque de le racheter, cela m'est arrivé plusieurs fois.


Comme pour chacun de mes dilemmes, c'est Claudine qui a trouvé la solution. Il faut dire qu'elle en a marre d'épousseter ces tonnes de papier. Maintenant, je les vends aux enchères sur internet. Ainsi, le prix de vente s'établi selon l'intérêt de l'acheteur. Ce n’est pas ce que cela me rapporte mais j’ai la satisfaction de partager mes lectures avec des inconnus de la France entière et même de la Belgique.

dimanche, octobre 16, 2011

FOOD : La nouriture - Blog Action Day 2011

close up



Attention, voici un post un peu spécial dont le thème principal est FOOD, la nourriture. En effet, comme énormément de blogeurs en ce monde et en ce jour de "Blog Action Day 2011", je me mobilise autour d'un sujet fédérateur : la faim dans le monde en publiant un message sur le thème : Comment, nous autres, ici en France abordons nous le thème de la nourriture ?


On ne m’enlèvera pas de l’idée que nos rapports vis à vis de la nourriture sont principalement établis dans notre petite enfance. Or, je me souviens parfaitement des trois règles de base édictés par l’éducation de nos parents. Et, si il est une chose qu’il faut leur reconnaître, c’est qu’en la matière, j’estime avoir reçu la plus parfaite des éducations. Enfin, à vous de voir...

Règle N°1 : Il s’agit là, d’une règle à laquelle on dérogeait parfois, mais rarement. Les repas se prennent à heure fixe et surtout, à table. Nous autres, petits Titis parisiens, devions être rentrés à midi et dix neuf heures impérativement et nous devions nous laver les mains avant de passer à table.

La Règle n°2 ne souffrait quant à elle, aucune exception. On ne quitte la table que lorsque son assiette est vide. Cette règle semble au premier abord facile à appliquer mais ce n’est pas si simple. Si vous preniez trois petits pois, il fallait les manger. Une cuillère de sauce devait être « épongée » avec un morceau de pain dont vous ne deviez pas laisser une miette. Il ne devait même pas rester une lichette de moutarde au bord de votre assiette. Au niveau de la vaisselle, cela simplifiait bien les choses. Pour vous donner un exemple, comme tous les gosses, afin de tester les limites de la résistance parentale je suis resté devant une assiette de flageolets, toute un après-midi, une soirée et l’on me les a resservi le lendemain midi. Les flageolets froids c’est pas terrible. Autant vous dire que cela vous apprends vite à doser vos appétits et que vous comprenez qu’il vaut mieux se resservir une deuxième ou troisième fois plutôt que de devoir absorber plus que votre estomac ne peut contenir. Mamie justifiait cette règle en nous disant : « C’est une question de respect envers ceux qui dans le monde meurent de faim ».

La Règle n°3 était appliquée chez nous avec plus de zèle encore que chez le français moyen. Il faut dire que mes parents exerçaient un métier de bouche qui facilitait grandement son application : Il faut goûter et surtout manger de tout. Là encore une régle simple lorsqu'il s'agit de manger des queues de langoustes, des cuisses de grenouilles, des pattes d'araignées, de gôuter la cuisine éxotique ou alsacienne mais la régle n°2 deviens dure à appliquer à la tête de veau, aux pieds de cochon, aux andouillettes ou à l'époisse lorsque l'on n'est une jeune gueule sucrée. Mais, l'âge venant, mes papilles se souviennent encore de toutes ces expériences gustatives et comme les préférences changent, il m'arrive à présent de vouloir retrouver ces gôuts et ces odeurs qui jadis me révulsaient.


Comme je l'ai dis plus haut, j'estime avoir eu en matière de nourriture une excellente éducation. J'y ai appris à me réguler tant au niveau des horaires que des quantités, à apprécier la diversité qu'offre le monde et le respect de la nourriture.


Certes, j'ai bien consience d'être né dans une famille privilégiée à ce niveau.














samedi, octobre 15, 2011

Etoiles

Mes nuitsDe la main de Dieu, comme son image,
Sous vingt milles lieux où elles nagent
ou du front des cieux, brillantes et sages,
blonde et brassé, ou rouge de partage,
pentacle hébreux pour David hommage
Du matin l’adieu, au soir long métrage
Jeunette, beauté, la mère ou grand âge,
Fleurette anisée rafraichissant breuvage
On envie son jeu, sa force ou courage,
Paillettes aux yeux, ou profond corsage,
En cercle, carré, croissant d'un voilage,
Ou souvenirs pavés, aux lieux de passage,
Ne feront oublier de ce jaune l'outrage,
Ce dessin vertueux devint par coloriage
Symbole dévoyé de l'humain carnage,
Toute la cruauté, la fureur et la rage.

vendredi, octobre 14, 2011

Hollandais ou Hollandiste


François HOLLANDE_5568
Originally uploaded by idf-fotos.


On a déjà beaucoup de mal à suivre une campagne électorale alors, SVP, messieurs les journalistes ne compliquez pas les choses. J'ai entendu au saut du lit, une phrase qui hors ce contexte purement électoral est difficilement compréhensible : "La droite aubryiste déteint sur la gauche hollandaise." ( D'ailleurs, même en plein dedans, je suis pas sûr de ce qu'elle veut dire. ).

Bon, concernant Martine Aubry pas de problèmes, mon vieux dictionnaire reconnaît au suffixe -iste une valeur adjectivale(transforme un non en adjectif) comme dans « cube-cubiste » mais surtout en substantif pour former : un métier, un adepte, une idéologie ou une théorie. Avouez que cela colle pilepoil à son programme.

Le suffixe -ais quand à lui marque l’imparfait (y aurait’ il du partit pris ?) ou sert à former des adjectifs, des noms d’habitant et des noms de langues dérivés d’un nom propre à caractère géographique. Donc la gauche hollandaise concernerait la gauche des pays bas plus que les partisant de François Hollande ? Je ne pense vraiment pas qu’elle puisse être influencée en quoi que ce soit par le comportement et les dire de Mme Aubry. Non, je crois que sur la première radio de France, le journaliste a voulu faire un jeu de mots, à moins qu’il n’ai trouvé le terme hollandiste peu à son gôut, une sorte de lapsus.

Enfin, personnellement, je m’en moque un peu… je suis royaliste…

jeudi, octobre 13, 2011

Paranormal Activity

mercredi, octobre 12, 2011

So Biocoop

lundi, octobre 10, 2011

Biocoop - So Seeding


Biocoop, leader de la distribution biologique spécialisée en France, s’est lancé dans cette aventure il y a 25 ans. Or, depuis quelques années, la concurrence s’est accrue dans ce secteur.





Alors quels sont les avantages de Biocoop par rapport aux autres ?



- Une exigence concernant la provenance des produits alimentaires et non alimentaires comme les cosmétiques. En effet, Biocoop ne vend que des produits biologiques, sains, sans OGM et répondant à une logique de cohérence sociale, environnementale et sanitaire.



- Biocoop apporte son soutien aux producteurs et commercialise des produits provenant de collectifs de producteurs et défendent les intérêts des agriculteurs.



- Biocoop collabore avec les acteurs de la branche de l’agriculture biologique afin de structurer et mieuxencadrer la filière biologique en France.



- Des magasins à taille humaine afin d’être au plus proche des clients et de mieux les conseiller et les guider dans leurs achats.



Au final, Biocoop défend une consommation axée sur le respect des producteurs et consommateurs favorisant une consommation locale et de saison pour limiter les transports.

Séjours linguistiques

La folie Sganarelle


Sganarelle
Originally uploaded by Damien M..



Claude Buchvald met en scène un triptyque au tempo frénétique, aussi cruel que comique, dévoilant les passions humaines… à visage découvert.

La Folie Sganarelle, triptyque au tempo frénétique composé de L’amour médecin, Le mariage forcé et La jalousie du barbouillé, expose les malencontreuses aventures de Sganarelle : père dupé par sa fille amoureuse dans la première farce, barbon de cinquante ans épousant contre son gré la jeune Dorimène dans la seconde, figure du Barbouillé dans la troisième, mari trompé et injustement livré à la vindicte générale.

L’amour moteur de l’action libère et dénude une nature humaine pulsionnelle et irréductible.

Aussi comiques et effrénées que cruelles et subversives, les pièces de Molière laissent voir le réel dans ses retranchements les plus obscurs et exposent les passions humaines dans leurs travers les plus impitoyables. Lui-même interprète de Sganarelle, Molière ne connaissait hélas que trop bien les difficultés conjugales, la brutalité des cabales ou de la maladie, et dans un temps accéléré il fait tomber les masques.

Précis, incisif, vigoureux, le trait, hautement révélateur pour le spectateur, n’épargne personne.

Le jeu des comédiens exprime toute l’ivresse du verbe somptueux, toute la folie contagieuse et chaotique des êtres, à travers d’implacables éclats de rire.

molière (1622-1673)


mise en scène : claude buchvald

scénographie : damien schahmaneche
costumes : sabine sigvald
lumières : paul dereilles
création sonore : blaise merlin

direction technique : marc labourguigne

avec : benjamin abitan, cécile duval, claude merlin, régis kermorvant, stéphanie schartwtzbrod, céline vacher, mouss zouheiry (distribution en cours)

Production déléguée Compagnie Claude Buchwald,
Coproduction Scène Nationale de Sète, Comédie de Picardie coréalisation Théâtre de la Tempête à Paris
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National et le soutien de l’ENSATT
Production exécutive Prima donna
La Compagnie Claude Buchvald est conventionnée par la DRAC Île-de-France




vendredi 14 à 20h30
samedi 15 à 20h30
dimanche 16 à 15h30

Site de la comédie de picardie : www.comdepic.com

mercredi, octobre 05, 2011

Pêche et pêcheurs


PËCHE
Originally uploaded by francois et fier de l'Être.


Les 8 et 9 octobre 2011 aura lieu une épreuve qui réunira 1024 pêcheurs issus de 17 pays, 256 équipes de 4 pêcheurs sont attendues pour participer à cette épreuve . Les plus grands noms de la pêche viendront s'affronter le long de la Somme entre St Valery et Ailly sur Somme.

Cette finale s'étendra sur 64 secteur de 16 pêcheurs. Ces derniers seront espacés de 80 mètres minimum. Sur certains linéaires, les accés, le stationnement, la morphologie du cours d'eau, les lignes électriques.... sont autant de contraintes qui ont éloignés les sous-secteurs de plusieurs kilomètres. Les secteurs vont s'étendre sur un linéaire important. Il faudra dans le cas d'un covoiturage regrouper les pêcheurs par secteur en respectant l'ordre suivant : A et B en aval d'Abbeville, C et D entre Abbeville à Ailly sur Somme.

La circulation sera autorisée "exceptionnellement". La Somme reste une rivière sauvage et peu accessible par endroit. Des parcours se trouvent après plusieurs kilomètres de chemin de halage ce qui implique que la circulation s'y fera en sens unique (sens du courant). Pour des raisons de sécurité le demi tour sur le chemin de halage est interdit. Le stationnement devra permettre à vos coéquipiers et aux services de secours de circuler, il sera donc scrupuleusement surveillé par les commissaires sur place le jour de l'épreuve mais aussi par le comité organisateur lors des entraînements.

La Somme a une largeur de 30 à 45 mètres pour une profondeur, en aval d'Abbeville, de 5 à 8 mètres (A et B) et en amont d'Abbeville de 2.5 à 4 mètres (C et D). Le courant puissant se ralentissant à marée haute sur les secteurs en aval d'Abbeville. On n'y pêche brèmes, gardons, perches, barbeaux. Les brochet doivent faire 55 cm, les sandre 45 cm, les truite, 25 cm. La pêche à l'anguille sera fermée à la date de l'épreuve et l'on signale la présence de Flet (poissons plats), et mulets ces derniers seront comptabilisés.

Profitez en pour découvrir un département surprenant entre la Baie de Somme, Abbeville, la vallée de la Somme, Amiens et la Haute Somme, Albert et Péronne. Abbeville, Porte de la Baie de Somme, Capitale de la Picardie Maritime, Abbeville bénéficie d'un riche passé historique : archéologie, patrimoine gothique, beffroi classé au patrimoine mondial de l'UNESCO et les vitraux d'Albert Mannessier. Abbeville est aussi une ville nature, traversée par le fleuve Somme, un parcours pédestre et vélo à découvrir autour de la ronde de l'eau et le marais de la Bouvaque, un lieu idéal pour la balade et la pêche ! Laissez-vous séduire par les espaces infinis de la Côte Picarde et par la beauté sauvage et discrète de la baie de Somme, récemment labellisée Grand Site De France. Découvrez le Crotoy et son charmant petit port de pêche, Saint-Valery-sur-Somme et ses ruelles médiévales, les villas Belle Epoque de Mers-les-Bains, l'impressionnant panorama du bois de Cise, les galets de Cayeux-sur-Mer, le phare du hourdel, les plages infinies de Quend à Fort-Mahon et la ravissante baie d'Authie. Partez à la découverte de petites vallées bucoliques pour des promenades très nature : l'Avre, la Selle, la Noiye... ou longez le fleuve à travers la vallée de la Somme. Laissez-vous surprendre par la richesse du patrimoine avec les Beffrois, l’imposante citadelle de Doullens ou encore les châteaux médiévaux de Picquigny et Folleville. Découvrez Amiens, la Cathédrale Notre Dame, le quartier Saint-Leu, la Maison de Jules Verne et les Hortillonnages. Laissez-vous envoûter par les étangs de la vallée de la Haute-Somme, aujourd'hui paradis des pêcheurs et autrefois territoire marqué par la Grande Guerre. Parcourez le Circuit du Souvenir, une dizaine de sites de mémoire emplis d'émotion, et montez à bord du petit train des Poilus! Découvrez Albert, ses façades art déco et sa basilique au style néo byzantin; Péronne et l'Historial de la Grande Guerre; Montdidier, ville de Parmentier propagateur de la pomme de terre; et Ham, qui vous dévoile la crypte de son église-abbatiale.

Vous trouverez plus d'information sur le site http://www.finale-sensas-europe-2011.com/

dimanche, octobre 02, 2011

Petits chocs des civilisations





L’auteur et comédien Fellag interprète avec une intelligence percutante, savoureuse et joyeuse le fameux choc des civilisations.

Créé à partir du texte écrit en 2002 Comment réussir un bon petit couscous, enrichi de trouvailles et de textes inédits, Petits Chocs des civilisations de Fellag combine finesse du trait et richesse du verbe. Ce one-man-show virevoltant s’approprie avec une intelligence percutante et joyeuse le désormais fameux choc des civilisations, qui fait régulièrement la une de l’actualité.

Un artiste qui énonce si bien son amour pour « les deux mamelles de ma mère Patrie », la France et l’Algérie, sans complaisance ni démagogie, a forcément son mot à dire sur des sujets labellisés comme sensibles, tels que la place de l’Islam en Occident, les relations entre la France et le Maghreb, ou entre le Sud et le Nord.

Point de départ : la lecture d’un sondage d’opinion qui affirme que le plat préféré des Français est … le couscous. Fellag désamorce les malentendus, souligne les paradoxes, et mêle au politique une savoureuse dose de burlesque et d’absurde, avec une touche poétique qui définit l’identité des hommes avec profondeur et tendresse.

Une véritable déclaration d’amour, nourrie d’odeurs et de saveurs délectables, qui ouvre grand le débat au lieu de le réduire.

Texte et interprétation : fellag
Mise en scène : marianne épin
Décor : sophie jacob
Lumières : philippe lacombe
Régie générale : frédéric warnant
Volubile productions
Spectacle créé avec le soutien de la Comédie de Picardie
Diffusion : Arts et Spectacles Productions




A la Comédie de Picardie au mois d'Octobre :
mercredi 5 à 19h30
jeudi 6 à 20h30
vendredi 7 à 20h30
samedi 8 à 20h30

vendredi, septembre 30, 2011

vendredi, septembre 23, 2011

G.I.F. animations

En ce moment, au boulot, je m'amuse à fabriquer des Gif, des animations. En voici un, à vous d'en deviner le sujet(point commun) :



Les Hortillons


Il s'agit de petits îlots de verdure entre les caneaux de la Somme. Une cabane ou une maison en dure les chapôtte quand ils sont amménagés en jardins. Mais, bien souvent, un maraicher y cultive des fruits et légumes gros, gras et surtout délicieux.

mardi, septembre 20, 2011

Le point d'étape à mi-mandat de Gilles Demailly


L'escargot
Originally uploaded by francois et fier de l'Être.

Je me suis paluché le point d'étape à mi-mandat de Gilles Demailly intitulé : 2008/2011 Un projet en marche. Comme d'habitude, la critique est plus facile que l'exercice, aussi tâchons d'être constructif.

La forme

C'est un petit livret carré d'une vingtaine de centimètres et épais d'une quarantaine de pages en quadrichromie, un papier glacé de fort grammage (Pas trop écologique tout cela). Chaque page est ornée d'une large photographie et d'au moins un dessin rappelant le sujet traité mais sans servir de signalétique. Cette fonction revient à de grands aplats de couleurs vives.
Cela laisse peu de place au texte mais aère un discours présenté sur trois colonnes.

Le style

Monsieur le maire a voulu faire l'économie d'un bon rédacteur et cela s'en ressent. Bien que n'étant pas un spécialiste en la matière, des fautes d'orthographe j'en aie vu au moins deux par page. Malgré tout, le message passe avec force et répétitions au point que l'on se demandera s’il y a eu relecture. Malheureusement, certaines corrections incomprises font douter de son efficacité : page 7, "pour sur le devenir de la ville, réfléchissent ...",non seulement le verbe est conjugué mais le sujet c'est "le conseil". L'ensemble est hétérogène avec des thèmes clairs et chiffres à l'appui tandis que d'autres ne sont que circonlocutions et vœux pieux. Il ne m'étonnera pas que la rédaction provienne de plusieurs mains.

Le fond

- Le mot du maire : il a l'honnêteté de ne pas se prendre pour Superman et remercie ceux qui l'aide à maintenir le cap de "la démocratie, la solidarité et l'écologie".


- La démocratie, la solidarité et l'écologie(justement) : cela commence par le constat que les changements ne sont pas toujours perceptibles et les mesures préventives et pas trop quantifiables. Puis viens la démocratie avec les conseils d'habitants, les ateliers participatifs, le conseil des seniors, les balades urbaines et les visites des élus. Rien sur l'implication des associations bien que ce soit par ce canal que j'ai reçu ce livret.


- On passe à la gestion de la ville. Exit la solidarité et l'écologie même si on en retrouve certaines vocations dans d'autres thèmes. Après un rappel du contexte et de la crise, un peu d'autosatisfaction avec une comparaison aux villes de même gabarit suivi d'une hausse de la fiscalité de la métropole équivalente en pourcentage à l'économie réalisée sur le budget de fonctionnement de la ville. Là, je ne suis pas sur que ce soit le message que l'on a voulu faire passer. D'autant que l'on annonce ensuite des budgets d'investissement multipliés par 2,5 et 5. Le paragraphe suivant par contre porte sur la chasse aux gaspillages avec en exemple les 500 000 euros d'économie sur l'éclairage public. On voit que le maire ignore la grogne des jeunes et leur famille qui les vendredi et dimanche soir doivent traverser dans le noir complet le parc St Pierre avec leur valise à roulettes entre la gare et leur domicile. Éteindre certains bâtiments publics comme les kiosques à musiques ou même la mairie raccourcirait d'un bon kilomètre le trajet des étudiantes qui transitent maintenant par les rues d'un centre suréclairé. Suit un paragraphe sur le recours équilibré à l'emprunt où tout grec rappellerait qu'un emprunt est surtout toxique au prêteur. Puis il est question de la refonte de la tarification des services suivit du projet de reprise de la restauration scolaire avant de revenir sur la tarification des services par la gratuité des bibliothèques.


- Des logements de qualité :
Cela commence par un constat sur le manque de logements sociaux et l'annonce d'un vaste plan de réhabilitations. Un rappel des principaux objectifs dans lesquels la construction de logements neufs ne figure pas suivit de ce qui a bougé, le plan d'urbanisme, l'aide à l'accession à la propriété, un service public de la chaleur et surtout une hausse des investissements dans le quartier d'Etouvie.


Bon, comme vous pouvez le voir, je ne suis pas allé au bout de la critique. Tout est du même accabit, alors, lisez-le si vous en avez envie, le miens, il est parti au recyclage.

vendredi, septembre 02, 2011

Jazz au Champs Elysées à Saint-Quentin





4 septembre : Countissimo







Countissimo


Claude Tissendier propose une nouvelle lecture du mythique répertoire de Count Basie adapté pour le chant, immortalisé par le célèbre trio Lambert, Hendricks, et Ross.

mercredi, août 31, 2011

Emtec et Looney Tunes

La Clé USB Looney Tunes déssinée par EMTEC
Site internet : www.emtecworldtour.com

GibertJoseph.com

Gibert Joseph diffuse la campagne « Ma Rentrée 100% Décontractée ».Besoin de Soleil, Plages et Cocotiers ? Trop tard !Fini les vacances, prépare maintenant ta rentrée sans te ruiner sur GibertJoseph.com.

N'oublions pas Nounours

Le petit Eliot est à la clinique vétérinaire pour y subir une opération de l'oreille gauche. Le pauvre s'était rentré un petit bout de bois danq le conduit auditif et depuis se plaignait dès que l'on y touchait.
Comme vous pouvez le voir sur cette photo. Fier mais pas téméraire, mon petit CKC a emporté son Ninnin : Nounours.

Douze à la douzaine



Je me suis fait une grosse frayeure. Moins de huit jours après avoir reçu mon décompte d’impots, une nouvelle Marianne trônait dans ma boite à lettre. J’ai immédiatement pensé au dernier point qu’il me restait sur le permis de conduire et dont je pensais être privé par un flashage de la gendarmerie lors de la réderie de Dury. D’autant qu’avec Jean-Michel, nous en avions parlé le samedi précédent.

Il me disait que les points ne sont enlevés que lorsque l’on a payé l’amende. Or, je n’ai pas payé d’amende. Donc, j’espérai ne pas avoir de points en moins, surtout à quelques jours de notre départ en vacances, ce serait ballot.

J’avais espéré bénéficié des mesures clémentes qui désormais régissent le permis de conduire et récupérer tous mes points au bout de deux années.

Mais comme vous pouvez le voir, beaucoup de peur pour rien puisque cela fait maintenant trois ans que je n’ai plus qu’un seul point. Et, j’en ai désormais douze.

mardi, août 30, 2011

Jazz au Champs Elysées à Saint-Quentin



3 septembre : grande parade du Jazz





Pour continuer les festivités de cet anniversaire nous vous invitons à nous rejoindre Place de l'Hôtel de Ville le Samedi 3 Septembre à 15 heures. Une grande parade de Jazz va donner à la ville un coup de SWING revigorant !


Descendons ensemble la rue d'Isle et rendons nous à Cinéquai pour écouter, voir et rencontrer le Jazz et ceux qui le font !



15h déambulation Place de l'Hôtel de Ville, descente de la rue d'Isle, arrivée à Cinéquai.


16h visite en musique de l'expo « 10 ans de Jazz aux Champs Elysées »


17h projection de films inédits en France sur différents musiciens et orchestres de Jazz.

mardi, août 23, 2011

Rugby

Soutenez le XV de France en participant au plus long clip d'encouragements sur www.ensembleavecleXV.com

Site internet : www.ensembleaveclexv.com/tous-ensemble


La campagne, esthétique et osée, rassemble autour d'une chorégraphie sensuelle deux mondes toujours séparés, l'Enfer et le Paradis. L'audace vient de l'histoire : le Diable prépare de savoureux morceaux de bœuf en enfer, lorsqu'on frappe à sa porte : tout le Paradis a été attiré par l'odeur...


Conception: Agence Toy

Site internet : www.leboeuflegout.com/

Faux site de paiement

La direction générale des finances publiques (DGFiP) a été informée de l’existence d’un site internet, dénommé amendes-france.org, offrant à ses utilisateurs la possibilité de payer leurs amendes de circulation en ligne et d’acquérir diverses prestations payantes. La DGFiP précise qu’elle est totalement étrangère à la création et au fonctionnement de ce site et rappelle que seul le site gouvernemental www.amendes.gouv.fr est habilité à recevoir le paiement des amendes en ligne.

lundi, août 22, 2011

La planque

Kiko, Gilles et Pera braquent une banque e t s’enfuient avec 45 millions d’euros répartis dans trois sacs Vuitton . En sortant, ils découvrent avec stupéfaction que Titi , le chauffeur du gang, et sa Fiat Panda ont disparu. Kiko, la tête pensante du trio cagoulé, ne trouve pas de meilleur refuge qu’un commissariatpour échapper à la police !

©2011 les FILMS ALAKIS – EUROPACORP-DIRECT CINEMA

Site internet : www.facebook.com/laplanque

Universal Music Mobile

Afin de mettre en avant sa gamme de forfaits bloqués, Universal Music Mobile s’est associé à BETC EURO-RSCG. Nouvelle signature, nouvelle identité graphique, cette campagne 360° place la marque du coté des jeunes, en remettant au centre de la création l’usage qui les rattachent à leurs téléphones.



La marque référence du forfait bloqué revient avec un nouveau principe de campagne. Des adolescents bloqués dans des situations désagréables ou gênantes, parvenant à s’évader grâce à leurs mobiles. La campagne sera visible en TV (2 spots), affichage, point de vente, communication relationnelle, et sous forme d’animations événementielles sur le web.

Site internet : www.universalmobile.fr/ ou http://www.blogbang.com/ads/universal-music-mobile/universal-music-mobile/4011-universal-music-mobile

Le platane et le placard

http://www.blogbang.com/ads/canal/decouvrez-la-creation-originale/4010-decouvrez-la-creation-originale-platane-sur-canal

Vous connaissez surement Lucas G, ce scénariste de Canal+ qui explique, dans une publicité rocambolesque, comment il s’est retrouvé dans le placard d’un mari trompé…

Et bien chez Canal+, il n’y a pas que Lucas G qui raconte des (bonnes) histoires ! Et Eric Judor, également auteur d’une série humoristique pour Canal+, le fait savoir.

Avec un scénario encore plus déjanté que celui de Lucas G., découvrez comment Eric tente d’expliquer sa présence dans la chambre du même mari trompé…. Mais n’allez pas croire que tous les scénaristes de Canal+ se retrouvent dans le même placard !

DÉCOUVREZ LA PUB : le placard détourné par Eric


Pour plus d’infos sur la série : DÉCOUVREZ LA CRÉATION ORIGINALE PLATANE : la série d’Eric Judor, à partir du 5 septembre sur Canal+

Lien vers la page www.canalplus.fr/Platane

jeudi, août 18, 2011

Jazz au Champs Elysées à Saint-Quentin



21 août : Ellington Mood







Ellington Mood


Tissendier raconte et met en scène des histoires qui ont un début, un milieu et une fin. On peut toujours compter sur Claude pour rendre l'esprit et la manière des plus grands avec non seulement une fidélité mais aussi une créativité toujours renouvelées.


mercredi, août 17, 2011

Le 14 aôut 2011 au kiosque à musique



Rude week-end, d’autant plus rude qu’il était plus long qu’à la normale. Tout d’abord, dimanche, le matin nous sommes allés à la réunion des amateurs de voitures anciennes qui a lieu tous les second dimanche de chaque mois. Comme ce mois ci cela tombait un 14, j’en ai profité pour faire une petite photo pour le groupe « un jour, un photographe. ». Le 14 correspondant au jour que l’on m’y a attribué cette année. D’ailleurs, je vous propose d’aller faire un petit tour sur le blog du groupe : http://1j1p.akynou.fr/dotclear/index.php?



L’après midi, nous sommes allés en Belgique, chez Floralux avec les enfants. C’était la première fois qu’Isabelle entrait dans cette immense jardinerie. Inutile de vous dire qu’ils ont fait une razzia parmi les plantes. De quoi repeuplé tout leur jardin. Nous avons acheté pour notre balcon une petite clématite à grosses fleures. Nous avons fait le chemin du retour avec des orchidées entre les jambes et des arbres au dessus de nos têtes.



Le lundi était férié donc nous en avons encore profité pour une petite virée à Franconville cette fois-ci, nous avons été cherché cette commode six tiroirs qui nous plaisait tant. Mais avant des fois que nous ayons un regret, nous sommes passé par Alinéa qui n’est pas bien loin.



Le mardi, j’avais posé un congé histoire de rendre visite à Paulette qui a quitté Amiens pour le chef lieu du Pas de Calais, Arras, et qui nous avait invité au repas du midi. J’avais pas mal chaud à mes étiquettes au retour, elle nous avait cuisiné un de ces babas à vous rendre baba. Et le rhum …

Cowboys et envahisseurs

Arizona, 1873. Un homme qui a perdu tout souvenir de son passé se retrouve à Absolution, petite ville austère perdue en plein désert. Le seul indice relatif à son histoire est un mystérieux bracelet qui enserre son poignet. Alors que la ville est sous l’emprise du terrible colonel Dolarhyde, les habitants d’Absolution vont être confrontés à une menace bien plus inquiétante, venue d’ailleurs...
Site internet : www.cowboysetenvahisseurs.fr


eXTReMe Tracker