mardi, septembre 25, 2012

La couleur du paradis


DSC00630
Originally uploaded by francois et fier de l'Être.
Que reste t’il de nos vacances ? A peine rentrés, nous replongeons dans la routine quotidienne. Alors que je me demandais ce que j’allais pouvoir en noter dans mes tablettes. Puis, je me suis souvenu de cette ballade à la lueur d’une torche électrique et sous une voute magnifiquement étoilée que nous avons faites tous les quatre. Je m’y demandais quelle était la couleur du paradis ? Était-ce le bleu nuit qui entoure les amants ? Cette teinte mêlée de noir, le bleu de minuit, l’heure la plus sombre peut-elle être considéré comme la couleur du paradis ? Je ne crois pas.

Interrogée, Claudine est du même avis que Michel Berger, le paradis est Blanc, là où les manchots s'amusent dès le soleil levant, et jouent en nous montrant ce que c'est d'être vivant. Malheureusement, j’ai du mal à concevoir que le paradis puisse être froid. Claudine pensait plutôt aux plages brûlantes de Papagayo, les Playa Blanca du parc naturel de Los Ajaches. Entre « Los Jameos del Agua » et Orzola sur l’île de Lanzarote, il y a trois petits écrins superbes de sable blanc, tellement blanc qu'on pourrait dire d'un blanc immaculé. Pourquoi pas noir dans ce cas ? Après tout il y a, à Lanzarote, la Playa de Arena Negra, un sable volcanique noir reflétant le soleil tout comme celles de la Big Island de l’archipel hawaïen. Mais là encore, j’ai du mal à imaginer le paradis en deuil.

Non, la couleur du paradis est changeante, comme la surface irisée d’une perle ou de l’essence à la surface de l’eau. Je la voie bien comme une tâche tantôt verte, tantôt orange , tantôt marron, au fond d’un vallon, s’adaptant aux différences de température, riche de sa diversité, bref, accueillante.

Un peu ce que l’on a vécu dans la maison verte. C’est à Fenioux - Linliere dans les deux Sévres, à deux pas du marais poitevin mais aussi assez loin de toutes routes à fortes fréquentation. Nous avons été reçus par Martine, une ancienne parisienne revenue à la nature qui a réussi à transformer une vieille ferme tombant en ruine en un havre de paix, confortable et reposant. En dehors d’une nature luxuriante, les seuls bruits qui se font agressifs sont les claquements des savates avec lesquelles elle traverse de long en large la propriété pour être à nos petits soins.

Aucun commentaire:


eXTReMe Tracker