mercredi, novembre 16, 2011

Klaxon, trompettes et pétarades


Klaxon
Originally uploaded by francois et fier de l'Être.


Création française mise en scène par Marc Prin, la comédie farcesque et grotesque de Dario Fo dévoile un réel sinistre avec une force inouïe.

Subversive parce que farcesque, captivante parce qu’interprétée au maximum de sa violence et de sa déraison, militante parce qu’elle démonte de façon absurde et grotesque les ressorts des rapports troubles entre police, pouvoir et état, la pièce de Dario Fo mise en scène par Marc Prin est une réussite manifeste, interprétée avec une énergie et une maestria sans faille.

Populaire, profondément engagé, ce théâtre politique, radicalement anti-télévisuel, s’adresse à « la présence active et réfléchie » du spectateur, selon le metteur en scène, qui prône un théâtre explicite et virtuose qui sorte l’auditoire de sa torpeur.

Créée trois ans après l’assassina traumatisant d’Aldo Moro en 1978 par les Brigades Rouges, et alors que le crime n’est pas totalement élucidé, la pièce fait naître une cascade de quiproquos et péripéties. Tout commence par la tentative d’enlèvement de Giovanni Agnelli, - célèbre dirigeant de Fiat jusqu’en 2003. Un ouvrier dépose l’industriel au visage brûlé à l’hôpital et oublie ses papiers dans la veste du blessé, qui se réveille de son coma avec… le visage de l’ouvrier.

La comédie débridée expose la suprématie cynique et violente de l’argent dans un monde déboussolé. Pas de demi-mesure : le jeu d’acteurs et la mise en scène font vivre une remarquable mécanique théâtrale, percutante et palpitante.



L'auteur : dario fo (né en 1926)
Acteur, metteur en scène et auteur italien, récompensé par le Prix Nobel de littérature. Ses apprentissages passent par toutes les formes du spectacle populaire : récits des conteurs, monologues à la radio, cabarets, sketches à la télévision, spectacles de chansons. Son théâtre est un théâtre efficace où le recours aux mécanismes du rire pour fustiger les institutions et les classes dirigeantes, n’empêche pas le déploiement d’une fantaisie surréaliste. Mystère bouffe (1969), Mort accidentelle d’un anarchiste (1970), Klaxon trompettes et pétarades… (1970), Faut pas payer (1974)…





mise en scène : marc prin
texte français : marie-france sidet
avec : anne dupuis, céline dupuis, gérald cesbron, milena esturgie,gilles ostrowsky
scénographie et costumes : marc prin
dramaturgie : julien dieudonné
décors : ateliers du théâtre nanterre-amandiers
lumières : pierre montessuit
masques, perruques et maquillages : marie messien
accessoiriste : patrick laganne
arrangements sons et compositions musicales : valérie bajcsa et marc delhaye
photographe : alexandre sargos
assistanat à la mise en scène : ana-lucia luna
Coproduction : Théâtre Nanterre Amandiers, Théâtre à bout portant



A la comédie de Picardie :
jeudi 17 à 20h30, vendredi 18 à 20h30 et samedi 19 à 20h30

Aucun commentaire:


eXTReMe Tracker