vendredi, mai 20, 2011

Changement de dimension


Priest Movie Poster G
Originally uploaded by Movie Poster Shop.
*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• INTRODUCTION

Pour une bande dessinée, le passage en film à deux dimensions est en principe la marque d’une certaine excellence. Alors que dire d’une BD directement adaptée en trois dimensions ?

En effet, le film est issu d’un manga en noir et blanc de Min-Woo et Hyung, l’histoire d’un prêtre qui a fait don de la moitié de son âme à un démon pour obtenir le pouvoir de venger sa femme. Devenu immortel, il va traquer le tueur en éliminant au passage tout un tas d’autres démons. Ce prêtre déchu à l’âme tourmentée oscille entre le bien et le mal, le tout dans une atmosphère rendue encore plus tourmentée par un graphisme réduit à sa plus simple expression : une série de hachure et d’ombrage plus digne d’une esquisse que d’un manga de seize volumes.

Elle avait déjà fait l’objet d’une adaptation par JC Entertainment sous la forme d’un jeux PC de rôle, où le prêtre est le protagoniste d’horribles duels tous plus gore les uns que les autres. Cette version avait apportée au manga une certaine couleur blafarde tout en conservant le crayonné haché. Déjà, l’histoire de la série s’en trouvait modifiée.

Avec la version cinématographique de Scott Charles Stewart, c’est encore une nouvelle histoire.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• LE SCENARIO

Afin de faire de ce film, un tout acceptable par les spectateurs, les scénaristes ont pris certaines libertés vis à vis de la BD.

Tout d’abord, avant même le commencement du film, un narrateur en présente le contexte : « Depuis des siècles, le monde est ravagé par les guerres entre l'homme et le vampire. Maintenant que la terre entière est stérile, l’homme a gagné. Sa victoire il la doit à ses « prêtres », des guerriers extrêmement forts et rapides, spécialement entrainés à combattre les vampires. La guerre gagnée, les unités de ces combattants d’élite sont dissoutes et le reclassement de ces prêtres difficile. Ce qui reste des vampires est parqué dans des camps éloignés sous bonne garde. ».

Ce qui est regrettable, c’est que cette présentation se fait sur des images dessinées qui n’ont rien à voir avec l’œuvre de Min-Woo et Hyung.

L’un de ces prêtres guerriers va se retourner contre les décisions de sa hiérarchie qui refuse de reconnaître que le post avancé dans lequel son frère travaillait a fait l’objet d’une attaque de vampires et que ceux-ci ont kidnappés sa nièce.

Il a été prévenu par le sheriff du village voisin qui n'est autre que le petit ami de sa nièce. Les deux hommes vont donc, sur des motos futuristes, quitter l'abri sûr d'une cité inféodée à l'église, poursuivis par d'autres prêtres, pour aller au devant d'une meute de vampires et se retrouver seuls contre tous.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• LA FICHE TECHNIQUE

Bien que certain estiment qu'une fiche technique n'apporte aucune information à un avis et ne constitue que des mots supplémentaires, j'estime personnellement que la musique, les costumes et les décors constituent une part non négligeable de l'œuvre et doivent avoir droit de citer même si ce n'est que succinctement. Et, rien que pour faire chier ceux là, la fiche technique sera exceptionnellement plus longue. Si cela ne vous intéresse pas, sautez cette partie.

Il s’agit d’un long métrage américain d’aventure mêlant science fiction, épouvante et horreur d’une durée de 87 minutes. Il a été tourné en couleur et langue anglaise, en DTS dolby numérique et en cinémascope. Il a obtenu le visa 129076 et fait l’objet d’un avertissement car des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des jeunes spectateurs. Distribué par Sony Pictures Releasing France, il est sorti dans les salles française le 11 mai 2011 et est projeté en 35 Millimétres.

Réalisation :
Réalisé par Scott Charles Stewart
1er assistant réalisateur Steve Danton
1er assistant réalisateur Albert Cho
1er assistant réalisateur Milos Milicevic
2ème assistant réalisateur Janell M. Sammelman
2ème assistant réalisateur Aaron Critchlow
2ème assistant réalisateur Ivan Kraljevic
Réalisateur de 2nd équipe Charles Gibson
Réalisateur de 2nd équipe Christopher Woods (II)
Réalisateur/Concepteur de story-board Todd Harris (VI)
Réalisateur/Concepteur de story-board Wilma Garscadden-Gahret

Production :
Directeur de production Billy Bonifield
Concepteur de production Richard Bridgland
Superviseur de production Jennifer Blair
Superviseur de production Glenn S. Gainor

Son :
Compositeur Christopher Young
Monteur son Martin Lopez
Monteur son David H. Price
Monteur son Larry Kemp
Monteur son Jussi Tegelman
Monteur son Steven Ticknor
Bruiteur Amy Kane
Bruiteur Anita Cannella
Mixage Peter J. Devlin
Mixage Jeff Gross
Perchiste Kevin Hyde
Ingénieur du son Christopher T. Silverman

Image :
Directeur de la photographie Don Burgess
Cadreur Greg Baldi
Cadreur Matthew Moriarty
Cadreur Patrick B. O'Brien
Cadreur Philippe Carr-Forster
1er assistant caméra Kim Guthrie
1er assistant caméra Steven Cueva
1er assistant caméra Eric R. Laudadio
1er assistant caméra Don Steinberg
2ème assistant caméra Matt Kennedy
2ème assistant caméra Michael Lindquist
2ème assistant caméra Norris Fox
2ème assistant caméra Matthew C. Blea
2ème assistant caméra Michael Burgess
Assistant opérateur Christopher White (III)
Photographe de plateau Scott Garfield
Photographe Tessa Lyn Stephenson

Effets spéciaux :
Superviseur des effets visuels Jim Hillin
Superviseur des effets visuels Robert Nederhorst
Superviseur des effets visuels Rocco Passionino
Superviseur des effets visuels Marco Recuay
Superviseur des effets visuels Jonathan Rothbart
Superviseur des effets visuels Michael Janov
Superviseur des effets visuels Jeff Campbell
Superviseur des effets visuels Glenn Melenhorst
Superviseur des effets visuels Blair Clark
Superviseur des effets visuels Richard Higham
Superviseur des effets spéciaux John Frazier
Superviseur des effets spéciaux Tommy Frazier
Superviseur des effets spéciaux Jonathan Rothbart
Effets spéciaux Cris Alex
Effets spéciaux Stephen Imhoff
Effets spéciaux Raymond C. King
Effets spéciaux Jesse Noel
Effets spéciaux Edward T. Reiff Jr.
Effets spéciaux Michael A. Tice
Effets spéciaux Michael Copeland

Décors :
Chef décorateur Richard Bridgland Fitzgerald
Décorateur Max E. Brehme
Décorateur Eric Sundahl
Décorateur Easton Michael Smith

Costumes :
Chef costumier Ha Nguyen
Costumière Laura E. Little
Costumier Cacey Riggan
Costumier Jimmy Jay
Costumier Anthony Almaraz
Habilleur James Davidson Bennett
Maquilleuse Ve Neill
Maquilleuse Lufeng Qu
Maquilleur Steven E. Anderson
Maquilleur Jed Dornoff
Maquilleur Bart Mixon

Directrice du casting Rick Montgomery
Directeur artistique A. Todd Holland
Directeur artistique Christa Munro
Directeur artistique Andrew Max Cahn
Assistant directeur artistique Bradley Rubin

Animateur Christopher Mullins
Animateur Clement Yip
Animateur Louis Jones
Animateur Andrew Ogawa
Animateur Danny Southard

Monteuse Lisa Zeno Churgin
Assistant monteur Richard Lowe
Assistant monteur Don Broida
Assistant monteur Dov Samuel

Chef machiniste Michael J. Coo
Chef machiniste Loren Corl
Machiniste Steven Frohardt
Machiniste Mark P. Coo
Machiniste Robert Ikeda

Chef électricien H. Mark Vuille
Chef électricien James R. Tynes
Electricien Ray Ortega
Electricien David Thielhart

Chef Cascadeur Lance Gilbert
Cascadeur Chris Brewster
Cascadeur Troy Brenna
Cascadeur Dean Bailey
Cascadeur Heather Arthur
Cascadeur Jon Braver
Cascadeur Tim Connolly
Cascadeur Ryan Gray
Cascadeur Riley Harper
Cascadeur Regis Harrington
Cascadeur Linda Jewell
Cascadeur Li Jing
Cascadeur Dorian Kingi
Cascadeur Theo Kypri
Cascadeur Oakley Lehman
Cascadeur Dave Macomber
Cascadeur Mike Mukatis
Cascadeur Casey Pieretti
Cascadeur Marc Scizak
Cascadeur Ray Siegle
Cascadeur Mark Steger
Cascadeur Roger Stoneburner
Cascadeur Matthew Taylor
Cascadeur Boni Yanagisawa

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• LE CASTING

Le premier rôle est dévolu à Paul Bettany et bien qu'il n'ai pas l'ascétisme du personnage crayonné par Min-Woo et Hyung et à peine l'âge d'être le père de l'héroïne, il nous rends le personnage totalement crédible. Il faut dire qu’il avait un rôle déjà similaire dans le « Légion - L’armée des anges » du même réalisateur, Scott Charles Stewart. L’action se passait déjà dans une sorte de desert même si là, Paul Bettany était l'archange Michael.

C’est Cam Gigandet qui interprète le sheriff Hicks. C’était le barman du Burlesque et James dans Twilight 2, bref un beau gosse au rôle de faire valoir, promis à une grande carrière.

Le grand méchant vampire, l’homme au grand feutre noir, c’est Karl Urban, le Léonard Mc Coy de la version de J.J.Abrams de Star Trek ou le Gosth du Pathfinder de Marcus Nispel.

Maggie Q(Margaret Denise Quigley) est la prêtresse qui vient filler un coup de main à son collègue. C’est un rôle très physique que la nouvelle Nikita interprète avec justesse.

Christopher Plummer joue le Monseigneur Orelas qui excommunie le prêtre dans une grande scène où j’ai cru le voir mourir d’apoplexie.

Trois second rôles sont à remarquer :
-Lily Collins, qui joue le rôle de Lucy, la nièce.
-Stephen Moyer celui du frère du prêtre et
-Mädchen Amick, la belle sœur.
Ces trois second rôles sont parfaits en famille modèle du Far West américain. Ce sont eux qui font naitre cette impression d’être dans une sorte de western moderne.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• CONCLUSIONS

Ce n’est pas la première bande dessiné a se voir octroyer une dimension supplémentaire et ce ne sera surement pas la dernière. Et, même si le film est bien loin du récit original du manga, il a au moins la qualité d’en faire ressortir les aspects cinématographiques. Ainsi, le film oscille entre le film d’horreur, de science-fiction, le drame et le western avec un grand naturel. Ce qui ne donne pas un grand chef d’œuvre mais un bon divertissement qui se laisse regarder.

Il est par contre regrettable que la projection en 3 Dimensions n’apporte aucun « plus » à ce film : Il semblerait que comme pour beaucoup de story board, les possibilitées offertes par ces nouvelles techniques ne soient pas encore prévue dans la construction des plans. Le film n’a donc pas tous le relief que l’on est en droit d’attendre.

Aucun commentaire:


eXTReMe Tracker