mercredi, mai 11, 2011

Fée d'hivers

C’est la rosée qui pleure sur le globe.
L’autre de pourpre fleuri,
crie sa honte et son mépris
au revers ourlé de sa fraiche robe.

Elle offre au petit jour,
Ce qui au soir était refusé :
la douceur de ses atours
si impudiquement exposés.

Reposant, alanguie mais sans grâce,
à demie chaussée sur le gazon.
Elle dégingande sa pamoison,
Griffée, mordue par un vorace.

Francoisetfier(Mars 2009)

Aucun commentaire:


eXTReMe Tracker