samedi, mai 28, 2011

Jolie Jodie Foster


Jodie Foster
Originally uploaded by dorothy snarker.


*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• INTRODUCTION

J’ai sensiblement le même âge que Jodie Foster et de tous temps, j’ai eu l’impression de grandir en même temps qu’elle. Il est loin le temps où elle promenait sa jeune blondeur aux côté de son lion dans les blés (Napoléon et Samantha) ou qu’elle courrait les routes avec son père(Chris Connelly) dans « Paper Moon ». On l’a vu grandir et évoluer, devenir une femme, et endosser des rôles contraires. Je me souviens d’avoir écrit pour son film A vif : « Je regrette toutefois un peu que l’on emploie de plus en plus Jodie Foster dans ces rôles de Rambo féminin, bien loin de la petite fille à son papa de nos feuilletons d’hantant, ou encore de la mère du « petit homme » où elle était tout autant "A vif" ».
Mais cette période est enfin révolue. Il faut dire que l’on est jamais mieux servie que par soi même. Donc la solution consistait pour elle à réaliser un nouveau film. Comme derrière ce jolie minois, c’est une maline, elle s’est choisi pour champion l’acteur avec lequel elle avait partagé les bien belles affiches de Maverick 1 et 2. On prends les mêmes et l’on recommence.
*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• L’HISTOIRE
C’est l’histoire de la dépression, cette maladie insidieuse est déjà implantée chez Walter Black. Apathique, désespéré, ce directeur d’une fabrique de jouets souffre sans pouvoir exprimer cette souffrance. Or, ça l’isole et l’éloigne de sa famille, et de son entreprise en augmentant son mal-être.
Un soir, après une tentative de suicide ratée, Walter va trouver dans une poubelle une marionnette de castor et depuis l’impasse où il se trouve, elle lui semble être le seul moyen de pouvoir communiquer, d’extérioriser ses pensées.
La marionnette va devenir une nouvelle personnalité, un nouveau Walter, plus positif et sûr de lui. Rapidement il reprend le contrôle de sa vie mais découvre peu à peu qu’il ne peut plus vivre sans Castor, la marionnette, de plus en plus présente et envahissante. Parviendra-t-il à se débarrasser de lui ?

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• FICHE TECHNIQUE
Sous le visa d'exploitation n°129 121 on trouve un film en couleur et son Dolby SRD.
Il a étè produit en 35 milimétres et est projeté en Cinemascope.
Il a étè réalisé par Jodie Foster en langue anglaise.

Equipe technique
Scénario :
Scénariste Kyle Killen

Réalisation :
Réalisateur Jodie Foster
Directeur artistique Alex DiGerlando
Directeur artistique Kim Jennings
Directeur du casting Avy Kaufman
1er assistant réalisateur Doug Torres
2ème assistant réalisateur Francisco Ortiz
3ème assistant réalisateur Guy Efrat
4ème assistant réalisateur Marcos Gonzalez Palma
Production :
Coproduction Icon Film Distribution UK
Production Summit Entertainment
Production Participant Media
Production Imagenation Abu Dhabi FZ
Coproduction SND
Production Anonymous Content
Coproduction Icon Entertainment International
Producteur associé Dianne Dreyer
Producteur Keith Redmon
Assistant de production Gwen Bialic
Producteur exécutif Jeff Skoll
Producteur exécutif Mohammed Mubarak Al Mazrouei
Producteur Steve Golin
Productrice Ann Ruark
Producteur exécutif Paul Green
Producteur exécutif Jonathan King

Distribution :
Attachée de presse Delphine Olivier
Distributeur France SND
Distributeur à l'étranger : Summit Entertainment



Son :
Montage son Dolby Laboratories
Superviseur musical Alexandra Patsavas
Compositeur Marcelo Zarvos
Ingénieur du son James J. Sabat
Mixage James Sabat

Image :
Effets visuels Phosphene
Directeur de la photographie Hagen Bogdanski
Chef décorateur Mark Friedberg
Superviseur des effets spéciaux Tim Rossiter
Superviseur des effets visuels John Bair
Coordinateur des cascades G.A. Aguilar
Cascadeur John Cenatiempo
Maquillage/Coiffure :
Coiffeur Jovan Vitagliano
Chef costumier Susan Lyall
Maquilleur Nicky Pattison

Technique :
Régisseur général Ann Ruark
Chef machiniste Matt Blades
Chef éclairagiste Steve Ramsey
Chef monteur Lynzee Klingman
Superviseur post-production Luca Borghese

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• CASTING

Donc, Walter Black c’est l’acteur américain Mel Gibson qui malgré une filmographie des plus hallucinantes n’a jamais encore obtenu de véritable consécration de ses pères tout du moins en tant qu’acteur puisque le film « Apolcalypto » lui avait valu un Saturn Awards. Or la profondeur de son jeu et la distance qu’il réussi à créer entre le personnage du castor et celui de Walter Black est telle qu’il mérite sans nul doute un oscar. Il réussit le tour de force de nous faire paraître plus qu’humaine cette marionnette, il ne joue pas un ventriloque, il joue un homme jouant un castor. C’est hallucinant de vérité.
Jodie Foster s’est gardée le rôle de sa femme, Meredith. C’est une femme d’entreprise travaillant à domicile qui se veut forte mais qui souffre de voir son mari souffrir et ce d’autant qu’elle en constate les répercutions sur sa famille. Elle n’y a pas un grand rôle mais c’est à chaque fois ainsi. Les films que cette magnifique actrice, la plus française des américaines, choisi de réaliser la concerne tous au premier chef mais elle y opte pour une position plus « détachée ».

Le rôle du fils ainé, Porter le révolté, est dévolu à Anton Yelchin. Son nom n’est pas encore trop connu pourtant il dispose lui aussi d’une impressionnante filmographie vu son âge. Il a un peu le même type de profil que Jodie Foster à son âge. Il jouait déjà Milo dans « Delivering Milo » en 2001 et Byrd dans la série télévisée « Huff ». Mais ses rôles les plus célébres restent : Zack dans « Alpha Dog » de Cassavetes ou Checkov dans le Star Trek de J.J.Abrams(y compris le 2 qui sortira début 2002), le jeune Kyle dans « Terminator Renaissance ».
La copine de Porter, c’est Jennifer Lawrence, meilleur espoir féminin à la Nostra de venise 2008 pour le film « loin de la terre brulée » et trois fois nominée pour son rôle dans « Winter’s Bone ». Bref, une jeunette avec une belle et longue expérience derrière elle.

Quand je vous disais qu’elle est maline la Jodie, elle a su s’entourer des meilleurs.
Les autres rôles :
Henry Black Riley Thomas Stewart
Jared Zachary Booth
L'homme sceptique Baylen Thomas
La mère de Norah Kelly Coffield Park
Hector Michael Rivera
Serveuse Kris Arnold
Journaliste Elizabeth Kaledin
Lui-même Jon Stewart
Lui-même Matt Lauer
Elle-même Terry Gross
Infirmière Folake Olowofoyeku
Infirmière psychiatrique Lorna Pruce
Le fabricant de prothèses Bill Massof
Traductrice japonais Michelle Ang
Coursier du Today Show Yosef Herzog
Le batteur de la fanfare Ernest E. Brown
Père volontaire John Bernhardt
La soeur de Nora Kayla Ayler-McCormick
Le batteur de la fanfare Rich Campbell
Malade mental John Mancini
Photographe de la cérémonie de remise des diplômes Brett McClelland
La marionnettiste Anney McKilligan
Le directeur de Jerry Co Maggie Wagner
Membre de la fanfare Bill Walters
Officier de police Steven Weisz
La vice-présidente Cherry Jones




*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• CONCLUSION

C’est un chef d’œuvre. Tout à fait, c’est un chef d’œuvre et cela ne m’étonne pas d’elle. Voici un film que tous les clichés nous auraient fait classer dans les « intellectuels » ou les « bêtifiants » selon que l’on s’estime « supérieur » ou « inferieur » mais qui en fait ne cherche pas à expliquer les ressorts de cette maladie mentale ni à la vulgariser, tout comme Walter Black le dit si bien : C’est une image d’une personnalité malade. Un instantané mettant en lumière nos forces et nos faiblesses. Comme c’est filmé avec beaucoup de réalisme, de tact et de légèreté, on est profondément touché par cette lutte contre la maladie, le regard des autres, des siens et l’exclusion. C’était magnifique.

Aucun commentaire:


eXTReMe Tracker