vendredi, avril 22, 2011

La croisière ça m'use



*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• INTRODUCTION

Après une journée de boulot, on ne cherche qu’à se détendre. Ne plus penser, se laisser vivre… Alors quand nous avions vu la bande annonce de cette comédie légère nous nous sommes dit qu’il serait bien agréable de se laisser porter par les flots de la méditerranée sous le ciel bleu et dans les ors de ce palace flottant. En plus, d’après la musique du générique de la série télévisée culte dans les années 80, nous sentions que cela ne volerait pas bien haut et ne devrait pas trop nous agiter les neurones.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• L’HISTOIRE & LES PERSONNAGES

Ce film, directement inspiré de la série, commence par une présentation succincte des personnages principaux sachant que l’histoire de ce film est celle de leur transformation durant cette « croisière » sur le Fantasia.

Il y a dans la queue Hortense(Charlotte de Turkeim), cultivatrice, éleveuse de porc qui a gagné une croisière pour deux lors d’une foire agricole. Son mari s’est perdu dans la foule ou, comme c’est le plus probable, il lui prépare une blague de mauvais goût dans un des recoins de cette ville de plus de trois milles âmes.

Il a aussi Simone(Line Renaud), une vieille retraitée riche mais seule qui passe onze mois sur douze en villégiature ou en croisière. Malheureusement pour elle son seul compagnon, un mignon petit fox, est interdit sur les bateaux de croisière. Aussi, elle lui a confectionné dans un de ses sacs un petit nid douillet pour pouvoir le passer en fraude.

Il y a aussi la très suractivé Alix de Saint ….truc-bidule(Mailou Berry) je ne m’en rappelle déjà plus. Ligotée dans un tailleur noir de luxe et grimpée sur des échasses de plus de dix huit centimètres, elle espère pouvoir, avant le départ du navire, faire signé un contrat important à un grand patron qui en fait n’est pas du voyage. Cette croisière est une cabale montée par ses collègues histoire qu’elle leur fasse un peu de vacances.

Il y a aussi dans cette queue, la révoltée Chloé(Nora Arnezeder), une petite voleuse vollant de poche en poche. C’est elle qui en faisant main basse sur le portefeuille d’Alix va l’obliger à être du voyage.

Le dernier membre de la future bande d’amie, c’est Raphaël(Antoine Duléry). Il a réussi à pénétrer dans le paquebot en se glissant parmi les bagages. Il faut dire qu’il suivait sa femme qui a une aventure avec un inconnu. Pour échapper au personnel de la sécurité, il se fait passer pour Raphie, une charmante femme entre deux âges.

Quand au personnel, il n’est pas sans faire remonter une foule de souvenir. Le capitaine/commandant (Jean Benguigui )un peu déjanté et tout juste bon qu’à faire des photographies/souvenirs et aurait du mal à trouver la capitainerie sans sa signalétique. La piquante et enjouée hôtesse, c’est Marie-Do(Armelle), celle qui se met en quatre pour que tout ce passe au mieux. Le faire-valoir du casting c’est Diego(Stéphane Debac) chef de la sécurité hanté par l’image d’un Bruce Willis dans « piége de cristal ». C’est lui qui confondant le mari d’Hortense avec Raphaël va créer le malentendu.

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• LE CASTING

Franchement, je ne sais pas pourquoi je continu de donner mon avis sur un film que je trouves pathétique. Mais bon, parlons un peu des acteurs. Charlotte de Turkeim, la mère des « aristos » en porcher, on n’y crois pas. Line Renaud, aussi gentille et sympa soit-elle n’est guère plus crédible. Marilou Berry était plus sympa en « vilaine ». Par contre, elle ressemble de plus en plus à sa mère. De la graine de star si elle ne se perd pas dans des films de seconde zone. Nora Arnezeder a un plus beau cul qu’un beau jeu. Antoine Duléry est égal à lui même, un bon acteur qui devrait réfléchir à deux fois avant d’accepter des rôles alimentaires. Armelle est géniale mais uniquement dans ce personnage qu’elle s’est construit. La seule dont j’ai réellement remarqué l’excellence du jeu ne tiens qu’un tout petit rôle, quelques minutes subtilement délicieuse, lorsque Audrey Lamy interprète une chanson rétro avec un faux air de groupie ou d’adepte de la télé-réalité, une broche « love » dans les cheveux. C’était « so quitch ».

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• FICHE TECHNIQUE

C’est un long métrage français en couleur tourné en 35 millimétres, Dolby SRD/DTS. C’est une comédie de 100 minutes produite et réalisée en 2010 par Pascale Pouzadoux et distribué par Mars Distribution a compté du 20 avril 2011 avec le visa n°125766.
Production

Producteur Olivier Delbosc
Producteur exécutif Christine de Jekel
Producteur Marc Missonnier

Activités sociétés

Coproduction TF1 Films Production
Exportation/Distribution internationale Elle Driver
Coproduction Wild Bunch
Coproduction Mars Films

Scénario

Scénariste Pascale Pouzadoux
Scripte Laurence Couturier
Scénariste Jeanne Le Guillou

Equipe technique

Directeur de la photographie Pascal Ridao
Ingénieur du son Yves-Marie Omnes
Directeur de production Samuel Amar
Chef décorateur Philippe Chiffre
Directrice du casting Gigi Akoka
Costumière Charlotte Betaillole
Régisseur général Sina Frifra
Maquilleur Didier Lavergne
1er assistant réalisateur Alan Corno
Monteur Scott Stevenson
Monteur son François Fayard
Mixage François-Joseph Hors
Photographe de plateau Jean-Marie Leroy
Compositeur Eric Neveux

Distribution

Attaché de presse Dominique Segall
Attachée de presse Laurence Falleur
Distributeur France Mars Distribution

*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (´¸.•*´¯`*• CONCLUSIONS

C’était : NUL. Certes, il y a quelques petites pointes d’humour originales malheureusement, ce remake de la série américaine a à peine le niveau d’un téléfilm du lundi soir à destination de la ménagère de cinquante ans. Et, lorsque je dis cela, je ne suis pas méprisant, il m’est arrivé d’en regarder mais dans mon souvenir, c’était moins prise de tête. Là, je m’efforçais tout le temps de déterminer si c’était moi que l’on tentait de faire passer pour un crétin ou si c’est Pascale Pouzadoux qui a un sens de l’humour d’une incroyable densité.

Bref, j’ai eu du mal à supporter tant de « lourdeurs » et je suis ressorti de cette séance tardive plus fatigué qu’en y entrant. Avec Dine, on s’est regardé et je crois qu’elle a tout dit en renvoyant la totalité de son diner dans la cuvette des toilettes.
A éviter.

1 commentaire:

agnes a dit…

J AVAIS PAS ENVIE D' Y ALLER;;TON ARTICLE me conforte dans mon opinion
joyeuse fêtes de pâques!!


eXTReMe Tracker